Hôtellerie luxe > Palace > Grands hôtels

Top 5 des refuges de montagne (avec une touche de luxe)

refuges de luxe de montagne

J’avoue d’emblée que le titre ci-dessus est assez trompeur. Je n’ai pas séjourné dans trop de refuges et pas du tout en dehors des Alpes. Le titre devrait peut-être être  » 5 endroits pour lesquels j’ai été très reconnaissant lorsque j’ai marché toute la journée et que j’ai eu besoin de nourriture et de confort dans un environnement inhospitalier mais magnifique « . En tant que titre, c’est un peu maladroit, mais c’est plus précis. Les refuges sont littéralement des sauveurs de vies et sans eux, il est juste de dire que beaucoup plus de randonneurs et d’alpinistes seraient en grande difficulté. Je lève mon verre à toutes les âmes vaillantes qui ont risqué leur vie et leur intégrité physique pour construire ces refuges. Le refuge le plus moderne et le plus perfectionné est sans doute le Refuge du Gouter en France. Si d’autres doivent suivre l’exemple, je vois bien la randonnée alpine devenir encore plus populaire.

Refuge du Gouter, France

S’attaquer au Mont Blanc est une affaire de deux jours et une nuit sur la montagne, avant la poussée vers le sommet, est inévitable. Au début, une sorte de refuge était bricolé par des alpinistes passionnés, mais il était très petit, sans installations, avec un sol glacé et ouvert aux éléments, avec des coups de vent glacés sifflant à travers les fissures de la structure, la plupart des alpinistes qui y passent la nuit auront des souvenirs misérables de l’ancien Refuge du Gouter ; ce n’était pas un hôtel cinq étoiles. Les conditions sanitaires étaient également assez désastreuses, avec des déchets humains datant de 50 ans déversés sur le flanc de la montagne et un tas toujours plus grand de déchets et d’équipements cassés laissés par les aventuriers toujours plus nombreux.

Il était évident que cet état de fait n’était pas durable. Le nouveau Refuge du Gouter est la réponse, pour le moment. Avec 17 000 personnes qui tentent l’ascension chaque année et des chiffres en augmentation, il ne faudra pas longtemps avant que le nouveau Refuge du Gouter ne commence à ressentir le pincement. La structure ovoïde de quatre étages construite sur l’Arete du Gouter est une merveille d’ingénierie. Une partie du refuge surplombe un dénivelé de 1 500 mètres. Le nouveau refuge est autosuffisant en eau et en énergie. Construit entièrement en bois et habillé d’acier inoxydable, le Refuge ressemble davantage à un hôtel futuriste.

Commandé par le Club alpin français et conçu par l’architecte suisse Hervé Dessimoz, le Refuge est le dernier cri en matière d’environnement. Il a fallu cinq ans pour concevoir le Refuge et trois autres pour le construire. La construction du Refuge au-dessus de 3 800 m a été un défi technique et humain. La construction n’a été possible que du printemps à l’automne, et au cours des trois étés, les travaux ont souvent été interrompus par des conditions météorologiques défavorables. Les conditions de travail étaient très dures, avec un danger permanent, raconte Thomas Buchi, qui était le superviseur du chantier.

Pour ancrer le bâtiment au flanc de la montagne et absorber la charge verticale et l’effet de torsion du vent, des pieux ont été enfoncés à 14 m dans la roche. L’un des plus grands défis de la conception a été de fournir à la cabane une alimentation en eau autonome. Sa forme d’œuf est une partie de la réponse. Le bâtiment est orienté vers le vent dominant, ce qui provoque des turbulences. La neige glisse alors sur le revêtement extérieur et s’accumule sur une grille de 60 mètres carrés. La chaleur des panneaux solaires fait fondre la neige, qui s’accumule dans d’immenses réservoirs. Des panneaux solaires, produisant de la chaleur et de l’électricité, sont installés sur la façade du bâtiment et sur la paroi de la falaise. En l’absence de soleil, un générateur de secours, fonctionnant à l’huile de colza, produit de l’électricité.

Refuge du Roc de la Pêche, Pralognan la Vanoise, France

Ce refuge est haut de gamme pour ne pas dire plus, son officiellement un refuge quatre étoiles. Cette retraite privée dispose d’un bar, d’un jacuzzi, d’un hammam, d’un sauna, d’un restaurant et d’une salle de réunion pour les séminaires. Tout le confort, alors que vous pourriez vous attendre à des couvertures qui démangent et des toilettes qui sentent mauvais. Les dortoirs et les chambres pour plusieurs personnes sont compensés par le fait que vous bénéficiez d’une douche et d’un lit correctement fait. Pour accéder au refuge en été, il faut aller à Pralognan puis au hameau des Prioux et continuer jusqu’au bout de la route où se trouve le grand parking du Pont de la Pêche.

Du parking, il faut moins d’une heure de marche pour rejoindre le refuge soit par un large chemin escarpé, soit par l’alpage de Montaimont. En hiver, il faut emprunter le chemin piétonnier qui jouxte la piste de ski de fond jusqu’au pont de Gerlon. Une fois le pont passé, vous entrez dans la zone de haute montagne non sécurisée. Il faut alors compter environ deux heures pour atteindre le refuge. L’équipement pour la recherche d’avalanches est recommandé. Ce refuge a été construit en 1996 et a fait le bonheur de nombreux randonneurs fatigués.

refuges montagne

Refuge Napoléon, Vars, France

Les refuges Napoléon, au nombre de six, sont des refuges de montagne situés sur ou à proximité de cols dans le département français des Hautes-Alpes. Leur construction a été ordonnée par l’empereur Napoléon Ier, en remerciement au peuple gapençais à son retour de l’île d’Elbe. Ce qui me donne l’occasion de ressortir le seul palindrome qui me reste en mémoire. Se plaignant de sa malchance et de ses blessures, Napoléon a inventé ce qui suit ; Able was I ere I saw Elba.

Les six refuges ont été construits sous Napoléon au milieu du XIXe siècle. Solide, construit en pierre et très, euh, napoléonien – il n’y a vraiment pas d’autre mot, ce refuge sur le col au-dessus de Vars constitue une excellente base pour l’un des domaines les plus étendus des Alpes du Sud françaises, Vars-Risoul, qui consiste en environ 180 km de pistes le plus souvent sans personnes et un peu un secret caché.

Cabane du Mont-Fort, Verbier, Suisse

Cette cabane est située sur la Haute route qui mène les randonneurs ou les skieurs de Chamonix à Zermatt. Située à proximité du système de remontées mécaniques de la station de Verbier, c’est un endroit idéal pour les randonneurs et les vététistes en été et les skieurs et randonneurs à ski pendant les mois d’hiver.

Bien connu des skieurs pour ses déjeuners en terrasse, ce refuge dispose également d’un bon hébergement, que ce soit comme étape d’une randonnée à ski ou comme un excellent moyen de voler la vedette à la foule et d’accéder au légendaire terrain de free ride de Verbier avant tout autre skieur, tôt le matin. Il n’y a rien à battre de la sensation formidable lorsque tout le monde se dirige vers le bas à la fin de la journée tandis que vous restez au-dessus des nuages.

Refuge Vignettes, Valais, Suisse

Un autre refuge que vous serez extrêmement heureux de voir si vous faites la Haute Route classique, de Chamonix à Zermatt. En revanche, vous serez peut-être moins heureux d’une visite aux toilettes. Qui aurait cru qu’une visite aux toilettes serait un sport extrême ? C’est une visite aux toilettes que vous n’oublierez jamais, accessible par un chemin glacé ébréché dans la paroi rocheuse, avec une « longue chute » extraordinaire, une expérience inoubliable.

Tous les accès à la cabane impliquent la traversée d’un glacier. Les Vignettes seront l’une des nombreuses nuits mémorables si vous tentez la Haute Route. Un bivouac a été construit à cet endroit en 1924 à l’initiative de l’alpiniste anglais Stuart Jenkins, et le bâtiment actuel a été construit au même endroit en 1946. Situé au sud d’Arollain, dans le canton suisse du Valais, il se trouve à une hauteur de 3 160 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *